Hatakage

Bonjour, aujourd'hui c'est le 1er mai, la fête du travail. Saviez-vous que ce jour a été rendu férié par le Maréchal Pétain afin d'éviter les grèves ? Du génie.

   

10 personnes ont répondu à cette question de Hatakage

  • reyscator

    oui comme la fête des mères

    Réponse de reyscator à Hatakage il y a 4 jours

  • Queenay

    Génie effectivement! Cependant chaque premier jour de chaque mois devrait être férié, moi j'dis ça, j'dis rien...

    Réponse de Queenay à Hatakage le 12 mai 2019

  • Sunrise

    OUI. Ce petit troll.

    Réponse de Sunrise à Hatakage le 4 mai 2019

  • DjReanen

    loul

    Réponse de DjReanen à Hatakage le 3 mai 2019

  • ricolebeau2

    mais il y a toujours des grèves

    Réponse de ricolebeau2 à Hatakage le 2 mai 2019

  • steve140579

    non

    Réponse de steve140579 à Hatakage le 2 mai 2019

  • claire-la-rousse

    déja ce n'est pas la fête du travail mais des travailleurs ce qui est très différent, les hommes politiques ont toujours voulus tirer a eux cette fête... Cette fête a des origines américaines un peu d'histoire car j'ai fait un travail scolaire sur ce sujet...

    La fête internationale telle qu'elle est célébrée de nos jours tire son origine des combats du mouvement ouvrier pour obtenir la journée de huit heures, à la fin du 19e siècle.
    Aux États-Unis, au cours de leur congrès de 1884, les syndicats américains se donnent deux ans pour imposer aux patrons une limitation de la journée de travail à huit heures. Ils choisissent de lancer leur action le 1er mai, date du moving day parce que beaucoup d’entreprises américaines entament ce jour-là leur année comptable, et que les contrats ont leur terme ce jour-là, l'ouvrier devant déménager (d'où le terme de moving day) pour retrouver du travail. La grève générale du 1er mai 1886, impulsée par les anarchistes, est largement suivie. Ils sont environ 340 000 dans tout le pays.
    À Chicago, la grève se prolonge dans certaines entreprises, et le 3 mai 1886, une manifestation fait trois morts parmi les grévistes de la société McCormick Harvester. Le lendemain a lieu une marche de protestation et dans la soirée, tandis que la manifestation se disperse à Haymarket Square, il ne reste plus que 200 manifestants face à autant de policiers.
    C’est alors qu'une bombe explose devant les forces de l’ordre. Elle fait un mort dans les rangs de la police. Sept autres policiers sont tués dans la bagarre qui s’ensuit. À la suite de cet attentat, cinq syndicalistes anarchistes sont condamnés à mort; quatre seront pendus le vendredi 11 novembre 1887 (connu depuis comme Black Friday ou « vendredi noir ») malgré l’inexistence de preuves, le dernier (Louis Lingg) s’étant suicidé dans sa cellule. Trois autres sont condamnés à perpétuité. Lors du procès, le procureur déclare dans sa plaidoirie : "Nous savons que ces huit hommes ne sont pas plus coupables que les milliers de personnes qui les suivaient, mais ils ont été choisis parce qu'ils sont des meneurs ; Messieurs du jury, faites d'eux un exemple, faites-les pendre, et vous sauverez nos institutions et notre société."
    En 1893, le gouverneur de l'Illinois John Peter Altgeld gracie les 3 syndicalistes encore détenus, en raison de la fragilité de l'enquête et du processus judiciaire. Il déclare également qu'il suspecte le chef de la police de Chicago d'avoir organisé et peut-être même commandité l'attentat.
    En 1889, la IIe Internationale socialiste se réunit à Paris, à l'occasion du centenaire de la Révolution française et de l’exposition universelle.
    Sous l’impulsion de Jules Guesde inventera le terme de « fêtes du Travail » en 1890) cette Internationale décide le 20 juillet 1889 de faire de chaque 1er mai une journée de manifestation avec pour objectif la réduction de la journée de travail à huit heures (soit 48 heures hebdomadaires, le dimanche seul étant chômé). Le 1er mai 1890, l'événement est ainsi célébré dans la plupart des pays, avec des participations diverses.
    Le 1er mai 1891, à Fourmies, dans le Nord, en France, la manifestation tourne au drame : la police tire sur les ouvriers et fait neuf morts. Avec ce nouveau drame, le 1er mai s’enracine dans la tradition de lutte des ouvriers européens. Les militants épinglent une églantine écarlate, fleur traditionnelle du Nord, en souvenir du sang versé.
    Quelques mois plus tard, à Bruxelles, l'Internationale socialiste renouvelle le caractère revendicatif et international du 1er mai.
    C'est avec la résolution suivante prise dans l'été de 1885, par le Central Labor Union fondé à New York en mars 1882 que le 1er mai se changea en 1er lundi de septembre aux États-Unis. Alors que d’autres organisations syndicales avaient déjà voté et adopté une proposition visant à honorer le 1er mai 1886.
    Le 11 mai 1894, les ouvriers de Pullman Palace Car Company à Chicago protestent contre des réductions de salaire et le licenciement des représentants des syndicats. Ils cherchent l'appui de leur syndicat central. Le 26 juin, l'Union américaine des chemins de fer appelle à un boycott de toutes les voitures ferroviaires de Pullman. Dans les jours qui suivent, 50 000 ouvriers du rail se conforment à cette directive et la circulation ferroviaire à Chicago s’arrête. Le 4 juillet, le président américain Grover Cleveland envoie 12 000 hommes de troupe pour briser le mouvement, s'ensuivent des émeutes et des affrontements violents. Deux hommes sont tués au cours de ces affrontements, à Kensington, près de Chicago. La grève est déclarée terminée le 3 août 1894, les ouvriers de Pullman prenant même l’engagement de ne plus se syndiquer.
    En raison de la brutalité démontrée, les représentants s'émeuvent et ceux de Washington réussissent à faire passer la proposition d’un jour chômé (le 1er lundi de septembre) pour honorer les travailleurs. Le président lui-même signe le projet de loi instaurant officiellement le Labor Day (six jours à peine après l’intervention de l’armée) dans l’espoir de se faire réélire la même année, mais cet espoir s’est avéré vain.
    En 1920, la Russie bolchévique décide que le 1er mai sera désormais chômé et deviendra la fête légale des travailleurs. Le pape Pie XII institue en 1955 la fête de saint Joseph artisan, patron des travailleurs, célébrée le 1er mai.

    Réponse de claire-la-rousse à Hatakage le 2 mai 2019

  • LionSun73

    Ha ha ! En effet, du Génie... Il y a toujours autant de Grèves car souvent les Conditions de Travail ne sont pas Respectées (LIDL, par exemple, qui a fait Grève l'année dernière). Aujourd'hui, il se dirait : " Mais Pétain (Putain), c'était une Bonne idée pourtant ! " ='D Bonne Soirée.

    Réponse de LionSun73 à Hatakage le 1 mai 2019

  • minachan

    yep

    Réponse de minachan à Hatakage le 1 mai 2019

  • lafolieducookie

    Tellement de génie que tout le monde manifeste xD

    Réponse de lafolieducookie à Hatakage le 1 mai 2019

Signaler