claire-la-rousse

Que pensez vous des enfants qui naissent dans le silence d'un viol? Pensez vous que cet enfant portera les séquelles toute sa vie? doit on lui dire la vérité quand il sera plus grand? si oui, a quel âge? Pensez vous que la mère aurait du avorter?

   

19 personnes ont répondu à cette question de claire-la-rousse

  • hacquim

    C'est pas cool...

    Réponse de hacquim à claire-la-rousse le 27 avril 2019

  • moimeme666

    jsp

    Réponse de moimeme666 à claire-la-rousse le 3 février 2018

  • slidytaz

    "Silence d'un viol"... Pourvu que cela n'existe vite plus ^^

    Réponse de slidytaz à claire-la-rousse le 1 février 2018

  • Rose-Annie-McFyn

    Ce n'est ni la faute de la mère, ni celle de l'enfant. Je trouve d'ailleurs ça très courageux qu'une mère puisse surmonter cette douleur qu'est un viol et chérir plus que tout son enfant. Bien sûr, lorsque l'enfant l'apprendra, je suppose (car je ne le vis pas, et je ne veux pas m'approprier ce qui ne m'est pas dû) qu'il y aura un choc, une vive émotion. Mais je pense que le lien entre la mère et l'enfant sera très fort (du moins dans des pays développé où l'avortement est autorisé) car malgré un passé douloureux, la mère aime son enfant plus que tout, sinon elle ne l'aurait pas gardé (sauf si obligation religieuse, etc.) Je pense que forcément, il faudra le dire à l'enfant un jour où l'autre, le plus tôt possible pour que l'enfant ne se sente pas déboussoler d'un seul coup, en âge où l'enfant puisse comprendre, mais cela ne changera rien à l'amour qu'une mère porte à son enfant (je ne dis pas que toutes les mamans aiment leur enfant, hélas, mais ici, je pense que c'est le cas ? Je ne sais pas) Après, la mère peut aussi bien ne pas se sentir capable d'en parler, car c'est une vive douleur que de ressasser les mauvais moments du passer. Je ne suis personne pour juger si une femme doit avorter ou non. Je peux juste dire que dans les deux cas, la femme a été très courageuse pour surmonter les épreuves de la vie, et que la personne à blâmer, c'est cet enculé (excusez moi pour la grossièreté) de violeur qui lui, devrait être torturé toute sa vie

    Réponse de Rose-Annie-McFyn à claire-la-rousse le 3 décembre 2017

  • SwordCulture

    Avorter dépend de sa décision, mais si elle veut pas bein c'est son choix. Oui ils seront affecté au vu de ce qu'ils sauront. Oui il faut toujours dire la vérité car à un moment ou un autre l'enfant le saura. Je pense que il faut commencer à en parler au début de l'adolescence quand l'enfant se pose des questions sur sa vie et etc.

    Réponse de SwordCulture à claire-la-rousse le 30 novembre 2017

  • furry53

    moi je pense que oui il faut leure dire la vérité a 18ans pour que il sache et non je pense pas que il faut en voiloir a la mére

    Réponse de furry53 à claire-la-rousse le 26 novembre 2017

  • be955

    pas bien du tout,moi je pense que oui,oui,qd il comprendra vers 7-8 ans ,oui c est elle qui decide

    Réponse de be955 à claire-la-rousse le 26 novembre 2017

  • Sophieguosh

    pas facile à répondre. Chaque cas est unique.

    Réponse de Sophieguosh à claire-la-rousse le 22 novembre 2017

  • claire-la-rousse

    Je vais répondre a ma question, je ne voulais plus parler de moi mais ça me ronge de l'intérieur.... je n'ai jamais était violée, pas moi mais je suis née d'un viol.... et quand le viol est un usage courant dans une communauté en excusant ceci par une coutume éducative de la vie sexuelle, la loi du silence s'impose... Mais quand on t'annonce ça a l'aube de tes 15 ans et qu'on apprend enfin l'identité de ton père, les rêves deviennent des cauchemars, ta vie s'effondre et l'impossible frappe a ta porte.... Pourquoi, comment? des questions sans réponse que même ma mère ne peut répondre.... la haine s'installe contre une famille complice et un univers pervers... Je n'aurais pas du vivre et pourtant je suis là, bordeline devient une maladie incompréhensible pour des pros qui cherche a minimiser le problème que mon silence perturbateur fait fantasmer d'autres cherchant a comparer leurs vies a la mienne.... ma réaction auto destructive me font passer pour une auto victime qui cherche a se rendre intéressante.... les doigts accusateurs me jugent comme une ado irresponsable et ma mère devient une personne a plaindre d'avoir une fille irrespectueuse de ses efforts envers moi... Pourtant, ce monde hostile ignore mon mal vivre, et on fini par oublier les origines de ce mal et surtout la principale personne qui aux yeux de la famille, est un exemple a suivre... père adoptif de ma mère aimant ma grand mère morte d'inquiétude pour sa fille fugueuse... qu'elle ne reverra plus.... et moi, dans tout ca, qui je suis, comment je dois appeler ce monsieur, papa ou papy? si je parle de ça, si je dévoile ce secret et brise le silence c'est parce que je ne crois pas être unique.... ne me noyer pas dans vos condoléances, je n'ai a faire de votre pitié, laisser moi vivre avec un passé que je veux oublier du moins superficiellement et a l'aube de mes 18 ans, je veux devenir une femme, avoir une famille a moi et des amis avec qui je peux rire, chanter et boire a me saouler... et répondez a mes questions en oubliant ma réponse... c'est mon histoire et personne ne doit s'en approprier... et si j'ai envie d'être une salope... traiter moi comme une salope.....

    Réponse de claire-la-rousse à claire-la-rousse le 21 novembre 2017

  • alex-d-g

    Le viol en lui même et un acte qui faire ressortir l'idée d'animal qui se trouve en chaque qu'un d'entre nous , oui nous sommes des animaux dangereux qui ne pense cas survivre en écrasent les obstacle derrière eux.
    Pour les femme qui on subit et je dit bien subit l'acte de viol malheureusement elle se retrouve devant un choix qui peut changer leur vision du monde.
    elle se retrouve dans une situation ou des association contre l'avortement les pousse a garder les enfant née d'un viol sans pensé a la douleur des femmes quelle soit physique ou psychologique.
    Je pense que personne de doit décidé a la place de ses femme victime de connard même d'animaux qui on détruit leur vie.
    mais nous devons commencer a mettre en place de vrai sanction contre ces animaux car une fois sortie de prison meme si il sont suivie médicalement il reste des animaux.

    Réponse de alex-d-g à claire-la-rousse le 21 novembre 2017

  • Hatakage

    Si personne ne le lui dit, il n'a aucune raison de le savoir donc non, aucune séquelle. Pour moi, il faut le dire, les tabous ne sont jamais bon dans une famille, il vaut mieux aller droit au but que de le laisser découvrir ça. Non, si la mère se sent capable d'aimer son enfant, de l'élever, etc... pourquoi irait-elle avorter ?

    Réponse de Hatakage à claire-la-rousse le 21 novembre 2017

  • SeifOnze

    Trop de question en mémé temps

    Réponse de SeifOnze à claire-la-rousse le 21 novembre 2017

  • ricolebeau2

    Il se peut que la mère n'aime pas sont enfant,soit elle l'abandonne ,soit. Elle le lui. Reproche à vie

    Réponse de ricolebeau2 à claire-la-rousse le 20 novembre 2017

  • neo0052

    Les secre son jame bon fo le dir on bon momen Et pour avorter se seul la perso à elle de pren la désirions

    Réponse de neo0052 à claire-la-rousse le 20 novembre 2017

  • OLIVE611973

    tot

    Réponse de OLIVE611973 à claire-la-rousse le 19 novembre 2017

Signaler